Vie Municipale

Législation animaux

LES RUCHES

 

 

LES MOUSTIQUES

LES CHIENS

En juin 2008, le Sénat a validé le projet de loi renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux.

Service public

La loi du 20 juin 2008 modifie le Code Rural en imposant l’obtention d’un permis de détention pour les chiens de première et deuxième catégories. Elle impose également une évaluation comportementale à TOUS les chiens qui ont mordu quelque soit leur race.

Le projet de loi vise à responsabiliser les propriétaires ou détenteurs de chiens dits «dangereux », classés en deux catégories, chiens d’attaque d’une part et chiens de garde d’autre part. Les chiens de première catégorie sont de type molossoïde et qui présentent des caractéristiques morphologiques très précises (arrêté du 27/04/1999). Les chiens de deuxième catégorie sont les Rottweiler, les American Staffordshire terrier et les Tosas.

Le permis de détention s’obtient auprès de la mairie de la commune où le propriétaire de l’animal réside. Pour cela, il faudra présenter l’évaluation comportementale du chien qui aura été effectuée par un vétérinaire inscrit sur une liste départementale (voir avec le vétérinaire le plus proche ou la Direction des Services Vétérinaires pour connaître cette liste).

Le propriétaire de l’animal devra suivre une formation portant sur l’éducation et sur le comportement canin à l’issue de laquelle il obtiendra une attestation d’aptitude. Le propriétaire devra fournir cette attestation à la mairie afin d’obtenir son permis de détention. Le Maire peut refuser le permis de détention en fonction de l’évaluation comportementale.

Par ailleurs, tout chien ayant mordu une personne, quelque soit sa catégorie, devra être déclaré en mairie avant d’être soumis sous 15 jours à une évaluation comportementale. Suivant le niveau de risque, le Maire prend une décision concernant l’animal.

Ces mesures sont contraignantes pour les propriétaires mais elles visent à prévenir les accidents occasionnés par des chiens non équilibrés et des maîtres maîtrisant mal leur compagnon. Cependant, il faut combattre les idées reçues et les vétérinaires rappellent qu’un chien n’est dangereux que s’il est mal éduqué, et que même un chien réputé calme peut mordre.

 

En savoir plus arrêté divagation chiens

 

LES PIGEONS

Les nuisances provoquées par les pigeons sont connues de tous. Aussi, depuis 2005, à la demande pressante de plusieurs maires des communes riveraines du Bassin d’Arcachon, le S.I.B.A. a pris en charge la lutte contre la prolifération de ces volatiles, par l’intermédiaire de son Service d’Hygiène et sous la responsabilité de chaque maire.

Les interventions de capture ont été confiées à une société privée, la SACPA, dans le cadre d’un marché. Les captures se font à l’aide de cages, implantées dans les endroits « sensibles », c’est à dire colonisés pas les pigeons.

Malheureusement, certains secteurs, lourdement touchés, ne peuvent être traités actuellement. En effet, il arrive que les opérations de captures soient gênées par les habitants qui nourrissent régulièrement les pigeons. Suffisamment nourris, ces volatiles n’éprouvent pas le besoin de pénétrer dans les cages pour prendre les graines déposées à leur intention. Ces personnes se mettent ainsi en infraction avec le Règlement Sanitaire Départemental.

Il est donc demandé expressément à tous les habitants de la commune de ne plus nourrir les pigeons, afin de ne plus porter préjudice à l’efficacité des captures par cages, organisées pour le bien-être des personnes et la sauvegarde des biens.

 

 

LES VOLAILLES

En application de l’arrêté du 24 février 2006, les personnes physiques et morales détenant des volailless à des fins commerciales ou non commerciales, sont invitées à remplir et à renvoyer à la Mairie du Teich une déclaration de détention.

Consulter agriculture.gouv.fr

 

 

LES FRELONS ASIATIQUES

Il faut les piéger dès maintenant !

Le frelon asiatique (Vespa Velutina) est une espèce venue de Chine en 2004 par accident. Très dangereuse par son aspect invasif, elle est un prédateur pour les abeilles et met en péril l’activité des apiculteurs. Actuellement, dans le sud-ouest, il y aurait un nid tous les 200 à 500 mètres, la plupart n’étant pas visibles à l’œil nu.

Il est donc indispensable de profiter de la période d’avant printemps pour piéger les reines afin d’éviter la prolifération de nouveaux nids. Un simple piège suffit, qu’il faut mettre en place dès la mi-février, avec le radoucissement des températures.

Pour fabriquer un piège à reine, il faut couper une bouteille en plastique vide au tiers supérieur puis replacer à l’envers la partie avec le trou du bouchon dans l’autre pour faire entonnoir. Remplir avec un peu de bière brune (pas de bière blonde) et un peu d’eau sucrée ou non. Evitez absolument le miel !

Un piège suffit pour 500 à 1000 m2, à suspendre à un arbre, sur un balcon, un rebord de fenêtre, de préférence un peu en hauteur, au soleil et à l’abri de la pluie.

Chaque frelon attrapé entre le 15 février et le 1er mai est forcément une reine. Au-delà de cette période, le risque est de piéger d’autres espèces non nuisibles

Si vous découvrez des nids, prévenez la mairie pour qu’ils soient éradiqués.

Depuis début janvier, les services municipaux, en coopération avec les apiculteurs, ont repéré et détruit trois nids sur la commune.

Pour en savoir plus : Gironde.gouv.fr